Plan étudiants : attention aux trompe-l’oeil !

Publié Publié dans Communiqués
Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.

 

Les annonces du gouvernement hier matin sur la réforme de l’accès à l’enseignement supérieur relèvent plus de la pensée magique que de la politique. Si certaines intentions sont louables, la mise en pratique risque d’aggraver certaines difficultés.

 

Première forme de pensée magique : éviter le mot tabou pour éviter les problèmes. Tremblant de peur à l’idée de mécontenter quelques lycées parisiens enclins au blocage et certains syndicats étudiants, l’exécutif n’ose pas assumer le mot “sélection”, se défend de vouloir la mettre en place et présente donc un dispositif fort compliqué. Le rôle joué par le lycée dans cette sélection qui n’en est pas une, couplé aux annonces sur le bac faites précédemment, laisse entrevoir un avenir sombre pour nos jeunes. En effet, la réputation de leur lycée risque de devenir le critère déterminant pour leur avenir académique et professionnel, ce qui renforcera considérablement les inégalités et le déterminisme social.

 

Autre pensée magique à effet pervers : on change le nom du logiciel APB. Mais change-t-on vraiment les algorithmes et introduit-on une réelle justice dans le système pour permettre à chacun de s’inscrire là où il pourra réussir et s’épanouir ? La possibilité de mobilité géographique annoncée ne va pas simplifier la gestion des inscriptions et rien ne garantit que les problèmes seront réglés pour la rentrée 2018. Certes, Édouard Philippe promet que le tirage au sort, cette aberration, ne sera plus utilisé mais beaucoup de points restent très obscurs et les futurs étudiants n’ont pas de quoi être sereins. Que deviendront, par exemple, ceux qui ne seront finalement pas acceptés après leur stage de remise à niveau ?

 

Bref, comme souvent avec M. Macron, on assiste à des annonces qui ne sont que de l’enfumage et de l’esbroufe sans rien de solide ou de durable. Nos étudiants ne seront pas dupes de ces tours de passe-passe qui ne leur apportent rien. Les Patriotes défendent une vision plus ambitieuse de l’enseignement supérieur. Il est nécessaire de rationaliser un système qui a connu des réformes diverses et pas toujours heureuses depuis des années. Nous devons repenser l’orientation, ne pas avoir peur de la sélection et permettre des passerelles entre les filières. Nous devons surtout cesser d’être obnubilés par un modèle anglo-saxon qui n’est pas le nôtre. Notre système combinant universités et grandes écoles a fait la preuve de ses qualités, nous devons le faire évoluer mais sans le renier. Il faut enfin donner à la recherche universitaire des moyens beaucoup plus importants pour que l’enseignement supérieur retrouve sa fonction et ses perspectives.