Ouagadougou avant Bruxelles.

Publié Publié dans Communiqués

Communiqué de presse de Bertrand Dutheil de La Rochère

Référent national Les Patriotes à la Politique étrangère,

 

L’attaque du terrorisme islamiste contre l’état-major burkinabé et l’ambassade de France à Ouagadougou montre que le péril djihadiste est toujours trop présent en Afrique de l’Ouest. L’utilité des 4 500 soldats français de l’opération Barkhane en soutien des armées des cinq pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) n’est plus à démontrer. Mais la zone à couvrir est immense. Les difficultés matérielles rencontrées sont innombrables. Il faut renforcer leur efficacité. La France doit augmenter sans attendre son budget de la défense pour elle-même et pour aider ses pays amis. Notre effort en direction de nos armées doit être à 2% du PIB dans les meilleurs délais avant d’atteindre les 3%. C’est le prix de notre sécurité.

 

Le tout sécuritaire ne saurait suffire. Le Burkina Faso est l’un des pays les plus pauvres de la planète. Il faut aider les peuples d’Afrique à se développer. Comme le recommandent les organisations internationales, doublons notre contribution en la portant à 0,7% de PIB. C’est notre intérêt immédiat. Leurs jeunesses ne doivent pas s’enfermer dans une désespérance qui les conduit vers les extrémistes. Elle ne doit pas non plus échafauder des rêves sur une Europe qui n’existe pas, les amenant vers les chemins périlleux de la migration incontrôlée avant de finir au mieux dans la misère de la clandestinité.

 

Les Patriotes veulent en finir avec ces politiques qui s’acharnent en vain à régler les problèmes du siècle dernier. L’avenir est en Afrique. Tout dépendra des moyens que nous nous donnerons. Plutôt que de perdre le temps et l’argent des Français dans une construction européiste en forme d’impasse, tournons-nous vers les peuples d’Afrique francophone. C’est notre devoir historique. Engageons avec eux une grande politique de coopération dans le respect de la souveraineté de chacun. Aidons-les à conserver en leur sein les forces vives de leurs jeunesses. Libérée des chaînes de l’Union européenne, la France retrouvera enfin sa vocation mondiale.

Les Etats-Unis protègent leur industrie grâce à des mesures protectionnistes, faisons de même !

Publié Publié dans Communiqués
Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.
 

Les Etats-Unis ont annoncé hier qu’ils allaient frapper de lourdes taxes les importations d’acier et d’aluminium, évoquant des tarifs douaniers de 10 à 25%. Ces nouvelles mesures protectionnistes viennent après celles sur les machines à laver et les cellules pour les panneaux solaires annoncées il y a un mois. Pas à pas, l’Amérique protège son industrie nationale avec l’objectif affiché de la reconstruire.

 

Dans les années 70, les Etats-Unis avaient enclenché le mouvement de mondialisation économique avec le démantèlement des protections nationales ; ils enclenchent aujourd’hui le mouvement inverse afin de relocaliser leurs activités industrielles, des richesses et des emplois. Vu leur rôle dominant dans le monde, ce mouvement finira inéluctablement par s’étendre à l’ensemble de la planète.

 

L’Union Européenne se voulant par idéologie la zone la plus libre-échangiste et la moins protectionniste du monde, l’industrie française se trouve prise en tenaille. En l’absence de stratégie de défense commerciale, elle est perdante sur les deux tableaux : son industrie sera gênée par les mesures protectionnistes américaines tout en restant menacée par l’absence de protection face aux pays à bas salaire.

 

La France a aujourd’hui le choix entre deux alternatives : rester dans l’Union Européenne, être le dindon de la farce et laisser dépérir son industrie pourvoyeuse de richesses, ou bien enclencher le Frexit, reconstruire sa puissance industrielle, résorber son déficit commercial et créer massivement des emplois bien payés.

 

Les Patriotes défendront aux élections européennes la mise en place d’un protectionnisme intelligent, d’un Etat stratège et d’une politique industrielle pour en finir avec cette politique de délitement de notre puissance économique : ils donneront ainsi aux Français toutes les chances de reconstruire une économie prospère et riche en emplois bien payés.

Néonicotinoïdes : Les Patriotes à la pointe du combat contre les pesticides tueurs d’abeilles !

Publié Publié dans Communiqués

Communiqué de presse de Mireille d’Ornano

Référente nationale à l’Ecologie,
Députée française au Parlement européen.
 

Aujourd’hui, le Parlement européen se prononçait sur un rapport relatif à l’avenir du secteur apicole. Malheureusement, ce rapport n’allait pas assez loin dans la protection des abeilles, alors même que l’on sait que leur disparition entraîne des conséquences dramatiques pour la biodiversité et la vie.
 

À cette occasion, j’avais réussi à convaincre près de 100 députés européens de cosigner un amendement à ce rapport, demandant à Bruxelles d’interdire immédiatement et sans dérogation tous les néonicotinoïdes en Europe. Il a été prouvé que ces insecticides s’attaquent au système nerveux central des abeilles et les tuent. L’agence européenne pour la sécurité des aliments (EFSA) a d’ailleurs confirmé hier la dangerosité pour les abeilles de plusieurs néonicotinoïdes, dans un rapport attendu de longue date.
 

En tant qu’élue Les Patriotes, soucieuse de la protection de l’environnement et de la biodiversité, j’avais déjà fait voter un rapport demandant une interdiction de ces pesticides.
 

Mon amendement constituait une avancée énorme dans la protection des abeilles. En effet, l’UE s’apprête à bannir seulement trois des sept molécules de la famille. Nous aurions pu ainsi viser l’interdiction de tous les néonicotinoïdes, sans dérogation et donc sans perte de temps, et ainsi permettre une protection beaucoup plus large des abeilles.
 

Dans ce combat, 216 députés européens, de différentes sensibilités politiques, m’ont suivie et c’est une très bonne nouvelle. Je regrette cependant qu’une majorité de députés l’ait rejeté.
 

Je déplore en particulier qu’une écrasante majorité des députés français socialistes, LR ou FN ait voté contre cette opportunité inédite de mettre fin à l’usage des pesticides tueurs d’abeilles. Ces élus sont peut-être plus sensibles aux sirènes des groupes de pression qu’à la santé des abeilles, et donc à la biodiversité, à la vie tout simplement.
 

Tandis que les vieux partis sont frappés d’aveuglement ou de cynisme sur un sujet aussi essentiel, Les Patriotes continueront leur combat contre ces produits toxiques. Ils soulignent à cette occasion à quel point il est compliqué au niveau de l’Union européenne de se soustraire aux logiques purement marchandes et donc de tenir compte de l’environnement. Ils rappellent la nécessité d’une sortie de la France de l’Union européenne, afin qu’elle puisse enfin mettre en œuvre les politiques qu’attendent nos compatriotes dans ces domaines.