Réaction de Florian Philippot aux annonces d’Emmanuel Macron concernant les banlieues.

Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.

 

Concernant les banlieues, le président de la République s’est contenté ce jour d’enterrer sans ménagement le rapport Borloo et a voulu nous vendre une nouvelle méthode, soit-disant consultative et plus flexible
qu’un plan.

 

Cette nouvelle méthode tient en réalité en quelques mots : ne rien faire et laisser les acteurs associatifs et les collectivités gérer les problèmes.

 

En effet, aucune piste concrète n’a été avancée, et aucune mesure claire n’a été chiffrée.
La réaffirmation de l’Etat dans les territoires perdus est totalement absente. Sa vision est dépourvue de tout volontarisme et montre que le président de la République ne connaît rien des immenses problèmes des banlieues.

 

Il aurait fallu une véritable reconquête par la République et des propositions structurées autour des principes suivants totalement négligés par le président :

 

– on ne doit pas séparer les banlieues des autres territoires oubliés de la République, comme les zones rurales ou péri-urbaines ; les problèmes qui s’y développent sont pour certains très proches de ceux que connaissent les banlieues ;

 

– la question de l’immigration de masse et des phénomènes de communautarisme qu’elle engendre est centrale : l’islamisme et la régression des droits fondamentaux (notamment ceux des femmes) dans les quartiers ne seront réellement combattus qu’au prix de décisions fortes qui impliquent de nous affranchir des règles de l’Union européenne (notamment pour le contrôle de nos frontières nationales) ;

 

– l’accroissement considérable des moyens alloués aux forces de l’ordre et aux services de renseignement est une étape indispensable au retour de l’ordre dans ces quartiers ;

 

– la lutte sans relâche contre les foyers du fondamentalisme islamique doit être menée, tant en ce qui concerne les mosquées ou les prêches inacceptables que le financement par l’étranger de lieux de culte ;

 

– la question de la présence du service public est cruciale : service public de l’ordre et de la sécurité civile bien entendu, mais service public des transports, de la solidarité nationale, de l’éducation, de la justice, de la santé, etc. Le départ des services publics des banlieues et des zones rurales est une raison importante de leurs difficultés ;

 

– l’emploi doit être une priorité à travers le patriotisme économique partout en France et le soutien aux créateurs ;

 

– l’Education nationale doit jouer un rôle majeur pour contrer les idéologies extrémistes qui se développent dans certains quartiers, de même que le développement économique de ces zones permettra de les affranchir des idéologues.

 

Emmanuel Macron, par son absence totale de vision et de volontarisme, va laisser le problème dramatique des banlieues et de nos zones rurales s’accroître de façon exponentielle, à tel point que jour après jour la situation devient de plus en plus difficile à corriger et que le courage politique nécessaire pour changer la situation devient la première qualité d’un vrai réformateur, qualité dont Emmanuel Macron semble vraiment dépourvu.