Accord européen sur la crise migratoire : le pire de tous les accords.

Publié Publié dans Communiqués

Communiqué de presse de Florian Philippot

Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.

 

L’accord trouvé à Bruxelles entre les 28 Etats membres sur la crise migratoire est certainement l’un des pires que l’Union européenne ait jamais accouchés.

 

En effet, cet accord maintient et renforce toutes les politiques existantes qui ont abouti aux crises migratoires répétées que nous connaissons depuis des années, à commencer par la répartition des migrants entre les Etats au nom de la « solidarité européenne » et par la libre circulation inhérente à l’espace Schengen.

 

Rien dans cet accord n’est de nature à réduire l’immigration massive que nous subissons et rien ne permet aux Etats qui le voudraient de se soustraire à cette politique. Il n’y a que Marine Le Pen pour croire le contraire, sans doute aveuglée par les quelques propos courageux mais non traduits en actes de M.Salvini. Mme Le Pen devrait d’ailleurs s’interroger sérieusement sur le fait de se retrouver soudainement en pleine convergence de vue avec Emmanuel Macron sur la question migratoire.

 

Plus grave encore : en permettant l’installation sur le sol européen de nouveaux « centres contrôlés » dans les pays volontaires, sortes de hot-spots semi-ouverts, cet accord envoie un signal terrible aux migrants qui auront désormais des points d’arrivée fixes parfaitement identifiés sur le sol européen. Les morts en Méditerranée ne sont donc pas prêts de se réduire. Les passeurs et leur commerce ignoble se frottent les mains.

 

Les Patriotes dénoncent avec force cet accord qui conforte comme jamais la politique migratoire irresponsable de l’Union européenne. Tant que les Etats n’auront pas retrouvé la pleine maîtrise de leurs frontières nationales et des règles de leurs politiques d’accueil et d’expulsion des migrants, aucune coopération efficace ne sera possible. C’est pourquoi il y a urgence à sortir de l’Union européenne et donc de l’espace Schengen, avec le Frexit.

RGPD : la CNIL doit prendre des mesures contre les géants du Net qui manipulent les internautes

Publié Publié dans Communiqués
Communiqué de presse de Cyril Martinez
Référent national Les Patriotes au Numérique et à l’Innovation.

 

Depuis le 25 mai dernier, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) est actif sur le territoire français. Depuis l’entrée en application du texte, une plainte à plusieurs milliards d’euros et un recours collectif ont été lancés contre des grandes sociétés américaines qui ne s’étaient toujours pas pliées à cette nouvelle loi.

 

L’UFC-Que Choisir souligne dans un récent communiqué plusieurs observations posant d’ores et déjà problème vis-à-vis de Google, Facebook et Microsoft. Entre autres, l’association de défense des consommateurs dénonce les « artifices » mis en place par ces plateformes du web pour inciter le consommateur à accepter une situation anté-RGPD, au lieu de mettre en avant ses nouveaux droits.

 

L’association note en effet que la notification des changements de politique de Google, Facebook et Microsoft est inutilement compliquée. L’UFC-Que Choisir précise : « Ces géants du web affichent un design, des symboles et des mots délibérément choisis pour détourner les utilisateurs des options les plus respectueuses de leur vie privée ».

 

Pourtant, il est bien stipulé dans la nouvelle loi de protection des données que tous les supports numériques doivent être compatibles avec la règle de « privacy by design » par défaut, c’est-à-dire que la demande de consentement de l’utilisateur doit être présentée sous une forme qui la distingue clairement d’autres requêtes, en plus d’être compréhensible et aisément accessible.

 

Les Patriotes se joignent à l’UFC-Que Choisir pour solliciter la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL), seule autorité compétente dans ce domaine, afin qu’elle détermine le caractère illégal de ces procédés. Il ne peut y avoir de traitement de faveur devant la loi, et encore moins pour les GAFAM qui écrasent déjà toute la concurrence. Si la CNIL détermine qu’il y a eu des irrégularités de leur part, des amendes sanctions doivent être émises par la France pour rappeler notre attachement à la protection de la vie privée du consommateur et de ses données.

Pensions de réversion : alerte rouge pour le pouvoir d’achat de nos aînés

Publié Publié dans Communiqués
Communiqué de presse de Florian Philippot

Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.

 

La cacophonie gouvernementale et présidentielle autour de l’avenir des pensions de réversion inquiète grandement les personnes âgées. En effet, 4,4 millions de nos concitoyens en vivent, dont la plupart sont des femmes n’ayant pu mener de carrière professionnelle et qui dépendent totalement de ce mécanisme de solidarité.

 

L’incertitude que le gouvernement et Emmanuel Macron laissent planer est coupable : cela renforce le sentiment que ce sont encore et toujours les plus fragiles qui trinquent.

 

Jean-Louis Borloo a eu raison de dénoncer un exécutif qui a une vision “dangereuse” de la société, avec une gestion sans ambition de la pénurie, gestion ne profitant qu’aux plus privilégiés. Le gâteau se rétrécit, Macron veille à en laisser la meilleure part à ses amis.

 

Jean-Louis Borloo ne tire cependant pas les conclusions politiques essentielles qui s’en suivent : il faut rompre avec l’Union européenne qui nous empêche d’avoir la moindre croissance. Sans le levier monétaire, comme le rappelle le prix Nobel d’économie Stiglitz dans une tribune des Echos, la politique économique française ne peut créer de richesses.

 

Il faut donc quitter l’Union européenne et la zone euro. Les Patriotes militent pour le frexit, seul chemin pour une politique économique au service de la croissance et de la solidarité nationale, en premier lieu avec nos aînés.