Affaire Benalla : Macron plus méprisant que jamais fuit les Français

Communiqué de presse de Florian Philippot

Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.

 

En refusant de s’expliquer devant les Français mais en fanfaronnant hier soir devant sa cour partisane d’En Marche, le président de la République ne répond pas au malaise grandissant qui entoure l’affaire Benalla.

 

Au contraire, c’est le registre de la provocation qu’Emmanuel Macron a choisi, en se déclarant certes seul responsable de ce cirque, mais pour n’en tirer aucune conséquence pratique et même pire en ajoutant « qu’il n’y a qu’à aller le chercher »… Provocation d’un président qui sait qu’il est protégé par une immunité totale. Mais provocation qui risque fort de se retourner contre lui tant l’exaspération des Français est grande devant tant de mépris. L’histoire nous a montré qu’il n’est jamais bon de jouer avec les sentiments populaires.

 

En refusant de donner des explications précises sur le rôle de Benalla et sa bande, les liens d’utilité entretenus par le pouvoir présidentiel avec une forme de milice privée, la raison des avantages exorbitants dont bénéficiait Benalla, le président Macron dit assumer ses responsabilités mais ne le fait en aucune manière. Il préfère attaquer la presse, l’opposition et le parlement.

 

Hier en audition devant le Sénat, les représentants des syndicats de policiers ont dépeint un Benalla exécrable, tout puissant, capable de faire régner « la terreur » parmi les professionnels de la sécurité au service de l’Etat : Macron n’en dit rien alors qu’il est le chef de cet État.

 

Les Patriotes demandent au président de la République de parler sérieusement et dignement devant les Français, sans fuir aucune question, et de sortir de cette attitude provocatrice et méprisante. S’il ne s’en estime pas capable, qu’il en tire rapidement les conclusions qui s’imposeront à lui.