Audition de Gérard Collomb : l’affaire Benalla est bien une affaire 100 % Macron.

Communiqué de presse de Florian Philippot

Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.

 

L’audition de Gérard Collomb ce matin à l’Assemblée Nationale a montré la très large et très inquiétante ignorance du ministre de l’Intérieur sur les activités, fonctions, avantages et actions de M.Benalla, renvoyant à l’Elysée les réponses qu’il n’a pu apporter sur les principales interrogations que soulève cette affaire.

 

L’affaire Benalla devient donc plus que jamais une affaire Macron. En effet, seul lui peut éclairer les Français sur les protections dont a bénéficié M.Benalla, au point d’échapper à la Justice jusqu’à ce que la presse révèle le scandale.

 

Les Français ont le droit de savoir. Pourquoi ce barbouze de 26 ans faisait l’objet d’un tel traitement de faveur de la part du président de la République, se voyant octroyer des privilèges scandaleux avant et après les faits de violence gravissimes du 1er mai pour lesquels il est aujourd’hui poursuivi. Parmi ces avantages et passe-droits inouïs : un appartement de fonction luxueux attribué en juillet 2018, une berline équipée police, un permis de port d’armes qui lui avait pourtant été refusé précédemment par le ministère de l’Intérieur, un salaire hors de proportion au regard de ses activités prétendument « logistiques », un grade de lieutenant-colonel des plus surprenants dans la réserve de la gendarmerie nationale, etc.

 

De même, pourquoi M.Benalla a-t-il été maintenu dans ses fonctions après la sanction administrative soi-disant sans précédent dont il a fait l’objet, mais dont on se demande aujourd’hui si elle a été effective et réelle, et alors même qu’il était pressenti pour assurer de nouvelles responsabilités éminentes ?

 

Le Président de la République ne peut échapper à ses responsabilités comme il le fait aujourd’hui. L’audition de M.Collomb n’a fait qu’obscurcir encore davantage cette affaire d’État qui remet en cause le fonctionnement normal de nos institutions. Emmanuel Macron doit désormais parler et s’expliquer précisément de toute urgence.