Protection des Kurdes de Syrie : les revirements successifs de Macron interrogent.

Publié Publié dans Communiqués
Communiqué de presse de Bertrand Dutheil de La Rochère

Référent national Les Patriotes à la Politique étrangère.

 

Hier soir, Emmanuel Macron recevait une délégation des Forces Démocratiques Syriennes composée notamment de représentants kurdes. Cette délégation est ressortie en déclarant imprudemment que le Président de la République leur avait promis l’envoi de troupes. Ce matin, dans un communiqué de presse, l’Elysée évacuait totalement cette possibilité. Les revirements successifs du président de la République interrogent. Si une intervention d’urgence en faveur des Kurdes peut se justifier, encore faudrait-il répondre au préalable à trois questions.

 

La France a-t-elle les moyens militaires pour intervenir, même seulement à titre symbolique, un peu partout dans le monde ? Certes la France est une grande puissance, quoiqu’en veuillent ceux, à commencer par des Français, qui la dénigrent. Mais il faudrait alors qu’elle fasse l’effort correspondant. C’est pour cette raison que Les Patriotes demandent que le budget de la Défense soit porté sans tarder à 2% du PIB, pour tendre à terme à 3%.

 

Cette intervention française sur le sol syrien aura-t-elle au préalable reçue l’assentiment du gouvernement de Damas ? Chacun pense ce qu’il veut du régime du président Assad, il n’en reste pas moins l’autorité légitime de la Syrie, reconnue internationalement, à commencer par les Nations-Unies. Toute solution politique durable dans ce pays passe, bien évidemment, par une négociation avec lui. Pour Les Patriotes, une diplomatie efficace repose sur les réalités, et non sur des idéologies.

 

Quelles propositions à long terme pour établir une paix durable au Moyen-Orient ? Les facteurs latents de crises dramatiques dans cette région, déjà nombreux, s’accumulent. Les Patriotes plaident pour que soit convoquée une conférence internationale pour garantir l’existence de tous les États dans des frontières sûres et reconnues et les droits des toutes les minorités religieuses ou ethniques.

Non à l’annexion déguisée d’Afrine par les Turcs

Publié Publié dans Communiqués
Communiqué de presse de Bertrand Dutheil de La Rochère

Référent national Les Patriotes à la Politique étrangère,
 

En hissant leur drapeau sur Afrine, les Turcs ont montré leur intention : annexer une partie de la Syrie au mépris du droit international et du respect des frontières reconnues par traités. Certes, comme dans la partie septentrionale de Chypre, ils laisseront à quelques supplétifs les apparences du pouvoir. Mais la réalité sera la mise en œuvre de leur triple objectif. D’abord, une fois de plus, écraser le peuple kurde. Ensuite, se servir des terroristes islamistes comme des auxiliaires pour accomplir de basses missions. Enfin, remettre en cause les conséquences de la disparition de l’Empire ottoman pour redonner à la Turquie son rôle dirigeant de l’islam sunnite.

 

Cette violation des principes fondamentaux du droit international est le fait d’un pays membre de l’OTAN. Le silence des autres membres de cette organisation, à commencer par les États-Unis, mais aussi la France, montre leur accord, sinon leur complicité. Le Moyen-Orient est déjà une région du monde suffisamment troublée pour ne pas y ajouter de nouveaux sujets de crises graves. Pour commencer à atténuer les tensions, il faut au contraire y respecter des principes juridiques de base. D’une part, la souveraineté de tous les États dans des frontières sûres et reconnues doit être assurée. D’autre part, les droits des minorités ethniques ou religieuses doivent être garantis.

 

Les Patriotes plaident pour que soit réunie une conférence internationale cherchant à établir le cadre d’une paix durable au Moyen-Orient. Au lieu de s’aligner sur les fauteurs de troubles, la France devrait exprimer une diplomatie de sagesse. Même seule, elle en a les moyens. Encore faudrait-il que ses dirigeants en aient la volonté politique.

Ouagadougou avant Bruxelles.

Publié Publié dans Communiqués

Communiqué de presse de Bertrand Dutheil de La Rochère

Référent national Les Patriotes à la Politique étrangère,

 

L’attaque du terrorisme islamiste contre l’état-major burkinabé et l’ambassade de France à Ouagadougou montre que le péril djihadiste est toujours trop présent en Afrique de l’Ouest. L’utilité des 4 500 soldats français de l’opération Barkhane en soutien des armées des cinq pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) n’est plus à démontrer. Mais la zone à couvrir est immense. Les difficultés matérielles rencontrées sont innombrables. Il faut renforcer leur efficacité. La France doit augmenter sans attendre son budget de la défense pour elle-même et pour aider ses pays amis. Notre effort en direction de nos armées doit être à 2% du PIB dans les meilleurs délais avant d’atteindre les 3%. C’est le prix de notre sécurité.

 

Le tout sécuritaire ne saurait suffire. Le Burkina Faso est l’un des pays les plus pauvres de la planète. Il faut aider les peuples d’Afrique à se développer. Comme le recommandent les organisations internationales, doublons notre contribution en la portant à 0,7% de PIB. C’est notre intérêt immédiat. Leurs jeunesses ne doivent pas s’enfermer dans une désespérance qui les conduit vers les extrémistes. Elle ne doit pas non plus échafauder des rêves sur une Europe qui n’existe pas, les amenant vers les chemins périlleux de la migration incontrôlée avant de finir au mieux dans la misère de la clandestinité.

 

Les Patriotes veulent en finir avec ces politiques qui s’acharnent en vain à régler les problèmes du siècle dernier. L’avenir est en Afrique. Tout dépendra des moyens que nous nous donnerons. Plutôt que de perdre le temps et l’argent des Français dans une construction européiste en forme d’impasse, tournons-nous vers les peuples d’Afrique francophone. C’est notre devoir historique. Engageons avec eux une grande politique de coopération dans le respect de la souveraineté de chacun. Aidons-les à conserver en leur sein les forces vives de leurs jeunesses. Libérée des chaînes de l’Union européenne, la France retrouvera enfin sa vocation mondiale.