L’Association des Syndiqués et Salariés de France appelle à participer à la journée d’action du 16 novembre

Publié Publié dans Communiqués

Communiqué de l’Association des Syndiqués et Salariés de France (ASSF)

Dominique Bourse-Provence, Président de l’ASSF, Conseiller régional d’Île-de-France,

Laurent Bras, Secrétaire général de l’ASSF, référent Les Patriotes 41, syndicaliste.

 

Le 16 novembre, les confédérations syndicales CGT – FO – Solidaires et les principaux syndicats étudiants UNEF – UNL et FIDL appellent à une journée de mobilisation interprofessionnelle. Elles entendent dénoncer la politique néo-libérale qui frappe de plus en plus durement les classes populaires et moyennes ainsi que les jeunes de notre pays.

 

En effet, sous le gouvernement Macron, c’est l’injustice sociale qui prévaut avec la Loi Travail XXL et ses ordonnances qui déstructurent le droit du travail sans créer de véritables emplois. Mais c’est aussi l’injustice fiscale avec la suppression de l’ISF, la hausse de la CSG, et la « flat tax » qui bénéficiera aux contribuables les plus riches. Enfin, ce sont des atteintes sans précédent aux services publics et à la protection sociale.

 

Et que l’on ne s’y trompe pas. Une telle politique brutale d’attaque en règle contre le monde du travail ne vise qu’à obéir aux directives de l’Union européenne. L’objectif n’est pas de répondre aux aspirations des peuples, en particulier celui de France, mais d’assouvir des intérêts qui ne sont pas les nôtres, en mettant en place une politique d’austérité accrue.

 

L’Union Européenne n’est pas et ne sera jamais sociale, pas plus qu’elle ne défendra les entreprises qui participent à l’économie réelle. Bruxelles, en cherchant à toujours plus affaiblir les États-nations, achève de détruire nos droits sociaux qui fondent notre nation et notre République. Seul un rétablissement plein et entier de notre souveraineté permettra de retrouver et gagner de nouveaux droits sociaux, dans l’intérêt des salariés mais aussi pour favoriser un développement économique harmonieux qui profite à tous.

 

L’ASSF, constituée de syndicalistes patriotes, fidèle à son engagement de défense du modèle social français qui ne se conçoit que dans le cadre de l’État-nation, appelle l’ensemble des salariés à se joindre à cette journée nationale interprofessionnelle du 16 novembre.

Communiqué de presse des élus Patriotes d’Île-de-France

Publié Publié dans Communiqués

Communiqué de presse des élus Patriotes d’Île-de-France.

 

Trois conseillers régionaux d’Île-de-France rejoignent Les Patriotes.

 

Joffrey Bollée, Dominique Bourse-Provence et Bertrand Dutheil de La Rochère, conseillers régionaux d’Île-de-France, ont adhéré au mouvement Les Patriotes. Ils quittent le groupe Front National-Rassemblement Bleu Marine pour siéger parmi les non-inscrits jusqu’à nouvel ordre.

Ils entendent ainsi rester fidèles aux principes qui motivent leur engagement politique et loyaux à l’égard des Franciliens qui ont voté pour les listes du Front National à l’automne 2015. En effet, au-delà des enjeux régionaux, ceux-ci ont alors exprimé leur volonté d’affermir la République et de retrouver une France souveraine.

Comme de nombreux militants, d’autres conseillers régionaux s’interrogent. Le rassemblement est ouvert à tous ceux qui ont la France au cœur.

Cercle Front Syndical : NON à la Loi Travail XXL néo-libérale – OUI à la protection des salariés

Publié Publié dans Communiqués

Communiqué du Cercle Front Syndical

Pour satisfaire les intérêts des multinationales et de l’Union européenne, le gouvernement
d’Emmanuel Macron a décidé d’en finir avec le Code du Travail. En légiférant par ordonnance, c’est
toute la protection et le droit social qui sont piétinés par cette Loi Travail Macron 2, largement
rejetée par les Français.

Ainsi demain, sous prétexte de lutte contre le chômage, c’est encore moins de droit pour les
salariés :

·       les accords d’entreprises qui créeront une concurrence déloyale infernale au sein des branches professionnelles

·       la fin de la durée légale du travail et donc la fin des heures supplémentaires majorées

·       le « contrat de projet » qui va remplacer le CDI et qui est en fait un CDD sans les maigres avantages du CDD

·       la facilitation des licenciements sans justification,

·       le plafonnement injuste des indemnités aux prud’hommes. (suite…)