Blocage des raffineries et scandale de l’huile de palme importée : de la nécessité d’un nouveau modèle.

Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.

 

Le mouvement de blocage des raffineries lancé aujourd’hui à l’appel de plusieurs syndicats agricoles doit attirer l’attention des Français sur la politique doublement irresponsable du gouvernement.

 

Ce mouvement vise en effet à dénoncer les accords de libre-échange qui exercent sur nos agriculteurs une pression et une concurrence internationale toujours plus déloyales. En outre, si les raffineries sont ciblées c’est parce qu’il existe un sujet spécifique lié à la production de biocarburants dans notre pays, à partir d’huiles végétales et animales importées.

 

Il est un site industriel qui cristallise à cet égard tout le problème : la nouvelle raffinerie Total de La Mède, dans les Bouches-du-Rhône, dont l’activité reposera essentiellement sur l’importation de 300 000 à 450 000 tonnes d’huiles de palme par an.

 

En d’autres termes, la France va activement contribuer à fragiliser les équilibres de la biodiversité à l’autre bout de globe (en jeu notamment la survie des orang-outans), avec en prime un bilan carbone catastrophique et au prix de parts de marché en moins pour nos agriculteurs, producteurs de colza et de tournesol pouvant servir à la production de biocarburants.

 

Dans cette affaire, c’est toute la bêtise de la mondialisation débridée qui s’exprime, où comment une bonne idée sur le papier (produire du biocarburant) finit par générer des effets négatifs pour tous les acteurs d’une filière, à l’exception des grosses multinationales. À ce propos, il faut souligner une fois encore le manque de vision de l’Union européenne qui a imposé des objectifs irréalistes pour l’utilisation des biocarburants (10% d’ici à 2020), nécessitant l’importation massive de matières premières dont la production est néfaste pour la planète.

 

Il est désolant que le gouvernement reste sourd face à ces protestations de bon sens. Nicolas Hulot déçoit une fois de plus lourdement en se faisant le complice d’une politique anti-écolo et nocive pour la situation économique de nos agriculteurs.
Plus que jamais, les Français doivent réfléchir à l’émergence d’un nouveau modèle agricole et énergétique où les circuits courts l’emporteront, au nom de la planète et contre la concurrence déloyale internationale. C’est notamment pour y parvenir que Les Patriotes proposent la sortie de l’UE, afin de retrouver les leviers de notre politique agricole, énergétique et commerciale.