Communiqué de Florian Philippot

Publié Publié dans Communiqués

Communiqué de presse de Florian Philippot,

Député français au parlement européen,

Président des Patriotes.

 

Après Alstom, Macron lâche STX : une nouvelle trahison des intérêts industriels français.

 

24 heures après avoir abandonné Alstom et ses TGV à leur concurrent allemand Siemens, Emmanuel Macron autorise la prise de contrôle des chantiers STX de Saint-Nazaire par leur concurrent italien Fincantieri.

Pourtant, il y a quelques semaines, le gouvernement avait nationalisé ces chantiers au motif qu’il fallait les protéger de ce concurrent aux intentions potentiellement hostiles.

Le revirement de l’exécutif est donc aussi incompréhensible qu’inquiétant.

Il traduit cependant en acte le discours sur l’Europe prononcé hier par M.Macron à la Sorbonne, au cours duquel le président de la République a expliqué que la France ne devait plus défendre ses intérêts nationaux.

Au nom de la défense de l’emploi, de nos savoir-faire et de notre industrie, Les Patriotes exigent que le gouvernement révise en urgence sa position. Il doit utiliser le décret « Montebourg » de 2014 pour bloquer les opérations organisant le rachat de nos fleurons nationaux par leurs concurrents étrangers. Toute autre politique constituerait une trahison pure et simple de nos intérêts industriels et stratégiques.

Communiqué de Florian Philippot sur Alstom

Publié Publié dans Communiqués


Communiqué de presse de Florian Philippot.

Député français au Parlement européen,

Président des Patriotes.

 

L’Etat français doit refuser la prise de contrôle de Siemens sur l’industrie ferroviaire de la France

 

Le Conseil d’Administration d’Alstom s’apprête à entériner une décision très sombre pour l’industrie française. En effet, sous couvert de céder ses activités train à Alstom, Siemens se verrait octroyer entre 45 et 50% du capital de notre fleuron national, et en prendrait donc le contrôle de fait.

Or Alstom est une entreprise industrielle multinationale rentable et peu endettée, un leader dans la fabrication de train, de métro, de tramway et de signalisation employant 32.000 salariés dont 9000 en France. Il s’agit d’une activité hautement stratégique permettant à notre pays de produire un matériel de moyenne technologie indispensable sur son sol et d’en exporter une partie.

Grâce au décret du 14 Mai 2014 sur les entreprises stratégiques, l’Etat dispose d’un droit de véto sur cette prise de contrôle allemande : Emmanuel Macron doit donc refuser ce plan mal conçu et préserver l’intérêt de la France.

Certains prétendent que ce plan permettrait l’émergence d’un « Airbus européen du rail ». Il n’en n’est rien et cette expression n’est qu’un artifice de communication pour masquer une prise de contrôle d’un fleuron français par un groupe étranger. Un « Airbus européen du rail » aurait supposé au minimum une parité franco-allemande dans le capital de la future entreprise, ainsi que la mise en place de garanties permettant à l’État de protéger, sur le long terme, les savoir-faire et les emplois en France. Aujourd’hui, la seule réalité est la disparition totale du groupe Alstom, consciencieusement démembré et vendu tour à tour aux Américains puis aux Allemands, dans l’indifférence complice des gouvernements successifs.

En conséquence, tous ceux qui aiment la France doivent mettre une pression maximale sur Emmanuel Macron afin d’empêcher cette prise de contrôle d’Alstom par Siemens. C’est le rôle d’un Etat stratège de protéger notre industrie nationale et de permettre aux emplois et activités stratégiques qui en dépendent de demeurer sur notre sol.