Maxime Thiébaut : « Arrêtons avec cette lubie qu’est l’union des droites »

Publié Publié dans Communiqués

Arrêtons avec cette lubie qu’est l’union des droites. Totalement infondée, elle dénature en vérité le vrai objectif : rassembler tous les gaullistes et les souverainistes, donc les patriotes, dans le but de conquérir le pouvoir. Il faut comprendre le camp du “Non” ; celui qui, contre toute attente, a refusé le traité constitutionnel européen en 2005 et préféré l’indépendance de la France. Pour ce faire, il faut l’écouter. Partagé entre une abstention de résignation ou un vote de contestation, il attend une ligne politique claire et a soif d’espérance. “Droite” et “gauche” n’ont plus de sens pour lui. Fondamentalement démocrate, il sait que que son adversaire, fièrement représenté par Emmanuel Macron et ses nombreux alliés “compatibles”, est le camp du “Oui”, que nous préférons appeler le camp des “Soumis”. Soumis aux lobbyistes, soumis à l’Union européenne, soumis à la finance, donc soumis aux intérêts privés au détriment de l’intérêt général. 


Ce camp du “Non”, que nous appelons le camp des “Patriotes”, n’apprécie que le bon sens. Attaché à l’identité nationale, humaniste mais contre cette indigne immigration de masse, ouvert sur le monde mais opposé à ce mondialisme aliénant, libéral mais attaché à la protection de ses intérêts et des plus faibles, démocrate donc souverainiste, il souhaite que soit porté un message d’espoir définissant la France de demain tout en réglant les problèmes de la vie quotidienne.


C’est pourquoi il ne faut pas compter sur l’opportuniste Laurent Wauquiez. Lui qui n’a pas compris le courage de Nicolas Dupont-Aignan au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle, cherche simplement à construire une écurie présidentielle pour 2022. Caricaturalement et faussement identitaire, l’ex-ministre de Sarkozy reste soumis à l’Union européenne. Il ne rendra donc pas son indépendance à notre pays et sa liberté aux Français. “Sa droite” n’est pas celle du Général de Gaulle. Elle divise en effet plus qu’elle ne rassemble. Économiquement ultralibérale et sociétalement conservatrice, elle tapera dans le portefeuille des Français tout en les privant de vivre librement dans le respect d’autrui. Son parti pourrait s’appeler le PFCI, pour Parti Fédéraliste, Conservateur et Identitaire. Nous n’en voulons pas et nous n’avons pas besoin de lui. Il ne dépassera jamais la barre des 15% des voix des électeurs. Les adhérents LR attachés à la souveraineté nationale sont déjà en marche vers Marine Le Pen, seule capable, avec Florian Philippot et Nicolas Dupont-Aignan, de construire une vraie opposition au système Macron et un véritable espoir pour les patriotes.

Ne perdons pas de temps, mettons nous au travail car nous avons du pain sur la planche !

Maxime Thiébaut,

Vice-président de l’association Les Patriotes

Fermeture de réacteurs nucléaires : Nicolas Hulot dans la démagogie la plus crasse

Publié Publié dans Communiqués

Communiqué de Florian Philippot, Président de l’association Les Patriotes et Vice-président du Front National

L’annonce par le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, de la fermeture possible de 17 réacteurs nucléaires d’ici 2025 est une folie aussi démagogique que dangereuse.

En effet, les centrales nucléaires françaises assurent à notre pays une autonomie énergétique des plus précieuses et permettent aux Français de bénéficier d’une électricité parmi les moins chères en Europe.

Fermer autant de réacteurs en un temps aussi court est donc particulièrement irresponsable et se fera soit au détriment du pouvoir d’achat des Français, soit au détriment de la planète, soit les deux, s’il s’agit d’importer de l’électricité en provenance des centrales à charbon allemandes par exemple.

Si l’on peut s’entendre sur une diminution très progressive de la part du nucléaire dans notre production énergétique, et à condition de trouver une énergie propre et française de substitution, les centrales françaises ont pour l’heure besoin d’investissements importants de l’État pour sécuriser et pérenniser leurs installations, pas d’un retrait aussi brutal.

Après avoir capitulé en rase campagne devant l’Union européenne sur la question des perturbateurs endocriniens, l’on se demande si Nicolas Hulot ne cherche pas tout simplement à se rattraper auprès des écologistes les plus extrémistes, par une attitude anti-nucléaire particulièrement dogmatique et contraire à nos intérêts.

Qu’est-ce que Les Patriotes ?

Publié Publié dans Communiqués
Voilà quelques semaines que notre association Les Patriotes a été lancée, et nous pouvons d’ores et déjà nous réjouir d’un incontestable succès. Les adhérents sont nombreux. Notre initiative suscite un intérêt indéniable, probablement parce qu’elle répond à des questions essentielles : comment renouveler le projet politique patriote, comment le définir dans ce qu’il a de plus positif, comment aider à la nécessaire et bienvenue refondation du principal mouvement politique patriote : le Front National, chantier annoncé et voulu par Marine Le Pen ?

 

Les Patriotes sont-ils de droite, sont-ils de gauche ? Par définition les patriotes n’ont qu’un seul parti : leur Patrie. Ils ne peuvent donc pas être d’un camp ou d’un autre. Au contraire, ils sont là pour rassembler les Français sur une idée, la France, et non pour les diviser ou les entretenir dans des clivages désuets.

 

Les Patriotes ont-ils un adversaire sur la scène politique ? Incontestablement Emmanuel Macron, qui souhaite mettre notre pays sous intraveineuse bruxelloise : austérité renforcée, vulnérabilité accrue, multiculturalisme et immigration débridés, perte de souveraineté et donc recul de la démocratie.
Nous savons parfaitement quel Système nous combattons, car il est au pouvoir depuis des décennies.

 

Mais nous devons aussi expliquer, sans doute mieux expliquer, ce que nous voulons, ce vers quoi nous souhaitons aller. Nous devons être capables de faire comprendre à quel point le patriotisme est un projet moderne et enthousiasmant pour notre pays.

 

Définir les contours du projet de société patriote, voilà une des missions essentielles de notre association. Réfléchir sur la France qui vient, celle de 2017, mais aussi celle de 2025 et de 2040, c’est notre devoir. Et nous aurons à cœur de vous associer pleinement à cet exercice citoyen dans les semaines qui viennent, en utilisant pour cela tous les outils les plus modernes et les plus interactifs.

 

Les Patriotes sont-ils les spécialistes d’un thème ? Non, ils sont les amoureux de la France, et à ce titre ont le devoir de s’intéresser à l’ensemble des sujets de préoccupation de nos compatriotes. Tout nous intéresse : la question de la souveraineté et de l’Etat bien sûr, car il n’y a pas de politique sans souveraineté nationale et sans Etat debout. Mais les questions régaliennes, d’identité nous passionnent aussi, au moment où le rouleau compresseur de la mondialisation sauvage veut tout aplanir, tout écraser, tout uniformiser. La politique à mener face au chômage, aux petites retraites, à la précarité, aux inégalités entre les hommes et les femmes constitue un point central de nos réflexions à venir, comme l’écologie, la santé, l’école, l’université, les services publics, l’agriculture, la politique étrangère ou le co-développement.

 

Les Patriotes ne sont pas qu’une communauté sur le Web. Des événements seront organisés dans nos départements, qui permettront aux uns et aux autres de se connaître et de travailler ensemble à la victoire.

 

Pour la République et pour la France, vive les Patriotes !

 

Florian Philippot,
Président fondateur de l’association Les Patriotes

 


 

 

L’association Les Patriotes, ce sont déjà plus de 2000 adhérents. Nous comptons sur vous pour faire adhérer vos proches et consolider cette belle dynamique !

 

Son président fondateur est Florian Philippot, vice-président du Front National et député français au parlement européen.