Conditions d’élevage atroces révélées par L214 : des mesures s’imposent pour mettre fin à l’élevage industriel

Communiqué de presse de Sophie Montel
Député français au Parlement européen.

 

Ce lundi 14 mai 2018, l’association L214 a mis en ligne une vidéo tournée dans une exploitation de la Somme, fournisseur de la marque Matines.

 

Sur cette vidéo atroce, l’exploitation apparaît comme un lieu sordide où gisent des poules déplumées et agonisantes, ainsi que des cadavres dans les cages et au sol.

Ce site de la Somme abrite dans des conditions déplorables quelques 460.000 poules, chiffre qui donne le vertige.

 

Malheureusement, il semble que les mauvaises conditions d’élevage relèvent davantage de la norme que de l’exception, 69% des poules étant élevées en cage en France. Par ailleurs, l’association L214 a prévu la diffusion de deux nouvelles vidéos : une deuxième jeudi 17, concernant un élevage situé en Normandie, et une troisième dimanche 20, tournée cette fois en Bretagne.

 

Le 22 mai, l’Assemblée nationale devra se prononcer sur la fin de l’élevage en batterie pour la production d’œufs-coquilles d’ici 2022, mais cela n’est pas suffisant.

 

Il faudra aller plus loin : en effet, cette interdiction ne concernera que les œufs-coquilles, ce qui veut dire que l’élevage en batterie restera la norme pour les œufs utilisés dans la confection de produits transformés. Les Patriotes porteront donc l’interdiction de tout élevage en batterie de poules pondeuses ainsi que de poulets de chair, les conditions d’élevage de ces derniers (poulets entassés disposant d’une surface équivalente à une feuille A4 pour vivre, bâtiments sombres, sélections génétiques dangereuses pour l’animal) ne sont pas moins atroces.

 

Armé d’une Politique Agricole Française remplaçant la PAC, l’État aura les moyens d’accompagner les agriculteurs dans cette transformation ambitieuse, d’une agriculture intensive et industrielle, à une agriculture raisonnée et soucieuse du bien-être animal.