Communiqués

La France a besoin d’un “New Deal écologique” patriote et non des illusions écologiques européennes entretenues par EELV

Communiqué de presse de Philippe Murer

Economiste

 

Sur Europe 1, Yannick Jadot, tête de liste d’Europe Ecologie les verts aux élections européennes, a réclamé 100 Milliards d’euros de création de monnaie chaque année par la Banque Centrale Européenne afin de financer et développer la transition énergétique en Europe.
 

Je remercie Yannick Jadot de reprendre les thèmes de création de monnaie que moi-même et Les Patriotes défendons et de les populariser mais ce serait mieux s’il ne dévoyait pas ces concepts très importants pour la préservation du climat !
 

Si dans l’Union Européenne, cette création de monnaie est rigoureusement impossible vu l’opposition farouche que mène systématiquement l’Allemagne contre toute création monétaire à destination de l’économie réelle, dans une France libre et souveraine, cette création de monnaie pour un « New Deal écologique » est tout à fait possible. Il suffit que le Parlement donne l’autorisation à la Banque de France de financer l’Etat ou les entreprises publiques d’énergie à 0% pour ces projets voire mieux, de créer purement et simplement de la monnaie, 30 Milliards par an serait un bon chiffre, pour l’investissement dans les énergies de demain : énergies renouvelables et stockage de l’énergie par l’hydrogène… Il faut évidemment pour cela que la France ait une monnaie, une Banque Centrale et un Etat souverain.
 

Ces investissements dans la transition énergétique seraient tout à fait rentables et permettraient de nous libérer de nos 55 Milliards d’euros d’importations d’énergie fossile annuelles, avec une énergie au coût équivalent. Mais la transition énergétique totale de la France réclame des investissements hors de portée du secteur privé, de l’ordre de 65 Milliards d’euros par an pendant 20 ans afin de se libérer du pétrole, du gaz et du charbon. Un financement à taux bas voire une création ex nihilo de monnaie est donc une condition sine qua non pour une transition énergétique à un horizon de temps suffisamment court.
 

En plus de permettre à la France d’accomplir une révolution énergétique et aux Français d’être à nouveau fiers des réalisations de leur pays, ce beau projet collectif permettra, si les équipements sont produits en France, de créer près d’un million d’emplois directs et deux millions d’emplois induits. Ce projet appelle donc aussi patriotisme économique et protectionnisme intelligent.
 

N’oublions pas nos agriculteurs et la santé de nos concitoyens ! Notre pays a aussi un besoin urgent de passer à une agriculture respectueuse de notre environnement pour protéger la santé des Français, nos sols, la faune et la flore, ce qui requiert des investissements et des aides, d’un montant beaucoup plus bas que pour l’énergie.
 

Ce « new deal écologique » que nous appelons de nos vœux est une nécessité qui fera à la fois grandement avancer la cause écologique tout en étant socialement et économiquement très positive pour la France.