Communiqués

Mensonges et trahisons : le dossier Alstom

Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.

 

En avril 2014, le P-DG d’Alstom annonce que la branche « énergies » d’Alstom sera vendue à General Electric.

 

Grâce aux travaux des commissions d’enquête de l’Assemblée nationale et du Sénat, on sait que la solution de la vente d’Alstom à GE a été pour la première fois mentionnée dans un rapport commandé en secret par Emmanuel Macron, alors secrétaire général adjoint de l’Élysée.
 

Emmanuel Macron, devenu ministre de l’économie a ensuite prétendu que l’État n’était pour rien dans le projet de vente d’Alstom et qu’il avait été mis devant le fait accompli. Premier mensonge.

 

Le deuxième mensonge est arrivé quand il a fallu vendre aux Français ce dépeçage en règle de notre champion industriel Alstom, avec la promesse de 1000 embauches d’ici 2018.
 

Aujourd’hui, le P-DG de GE John Flannery annonce avoir totalement renoncé à tenir cet engagement. De façon pathétique, le ministre de l’économie Bruno Le Maire n’a pu que « regretter » cette annonce et en “prendre acte”.

 

Mensonges quant aux engagements de créations d’emplois, trahison des intérêts de la France quand il a décidé le démantèlement d’un fleuron industriel français : Emmanuel Macron restera dans l’histoire comme le responsable de la perte pour la France de sa souveraineté énergétique et même d’une part de sa souveraineté militaire (Alstom fabriquant nos turbines nucléaires) ainsi que de la désindustrialisation croissante que subit notre pays. Il est donc grand temps que la France change de cap en définissant une stratégie industrielle nationale, hors de l’UE.