Communiqués

Ouagadougou avant Bruxelles.

Communiqué de presse de Bertrand Dutheil de La Rochère

Référent national Les Patriotes à la Politique étrangère,

 

L’attaque du terrorisme islamiste contre l’état-major burkinabé et l’ambassade de France à Ouagadougou montre que le péril djihadiste est toujours trop présent en Afrique de l’Ouest. L’utilité des 4 500 soldats français de l’opération Barkhane en soutien des armées des cinq pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) n’est plus à démontrer. Mais la zone à couvrir est immense. Les difficultés matérielles rencontrées sont innombrables. Il faut renforcer leur efficacité. La France doit augmenter sans attendre son budget de la défense pour elle-même et pour aider ses pays amis. Notre effort en direction de nos armées doit être à 2% du PIB dans les meilleurs délais avant d’atteindre les 3%. C’est le prix de notre sécurité.

 

Le tout sécuritaire ne saurait suffire. Le Burkina Faso est l’un des pays les plus pauvres de la planète. Il faut aider les peuples d’Afrique à se développer. Comme le recommandent les organisations internationales, doublons notre contribution en la portant à 0,7% de PIB. C’est notre intérêt immédiat. Leurs jeunesses ne doivent pas s’enfermer dans une désespérance qui les conduit vers les extrémistes. Elle ne doit pas non plus échafauder des rêves sur une Europe qui n’existe pas, les amenant vers les chemins périlleux de la migration incontrôlée avant de finir au mieux dans la misère de la clandestinité.

 

Les Patriotes veulent en finir avec ces politiques qui s’acharnent en vain à régler les problèmes du siècle dernier. L’avenir est en Afrique. Tout dépendra des moyens que nous nous donnerons. Plutôt que de perdre le temps et l’argent des Français dans une construction européiste en forme d’impasse, tournons-nous vers les peuples d’Afrique francophone. C’est notre devoir historique. Engageons avec eux une grande politique de coopération dans le respect de la souveraineté de chacun. Aidons-les à conserver en leur sein les forces vives de leurs jeunesses. Libérée des chaînes de l’Union européenne, la France retrouvera enfin sa vocation mondiale.