Mireille d’Ornano, membre de la Commission spéciale sur les pesticides.

Publié Publié dans Communiqués

Communiqué de presse de Mireille d’Ornano

Députée française au Parlement européen
Référente nationale à l’Ecologie

 

A la suite du scandale des Monsanto Papers, le Parlement européen a voté ce jour la création d’une « commission spéciale sur la procédure européenne d’autorisation des pesticides », constituée de 30 membres avec un mandat d’une durée de 9 mois.

J’aurai l’honneur de faire partie de cette commission.

 

Celle-ci devra enquêter sur le caractère indépendant, objectif et transparent ou non, de l’évaluation des pesticides par l’Union européenne et notamment du glyphosate. Plus particulièrement, la commission évaluera les conflits d’intérêts à tous les niveaux de la procédure d’approbation ainsi que la possibilité de financer des recherches indépendantes.

 

Les travaux de cette commission seront pour moi l’occasion de porter un regard exigeant sur les procédures de l’Union européenne, souvent critiquées pour leur opacité et la part trop importante qu’elles laissent aux tentatives d’influence de la part des lobbies. Au cours de cette mission, un principe essentiel porté par Les Patriotes constituera pour moi une ligne de conduite indéfectible : la protection de la santé publique et de l’environnement doit systématiquement prévaloir sur les intérêts privés et la recherche du profit.

 

Le prolongement de l’autorisation du glyphosate dans l’Union européenne a, à juste titre, profondément choqué les Français. Il s’agira de savoir pourquoi et de quelle manière les « évaluations scientifiques » de l’Union européenne ont contribué à cette décision aberrante.

La Syrie ne doit pas être livrée aux exactions des nouveaux bachi bouzouks

Publié Publié dans Communiqués

Communiqué de presse de Bertrand Dutheil de La Rochère

Référent national Les Patriotes à la Politique étrangère,

 

Autour d’Afrin, en Syrie du nord, les bachi bouzouks sont de retour. Contre les Kurdes, les djihadistes d’Al Quaïda servent auprès de l’armée turque d’auxiliaires irréguliers comme les bachi bouzouks auprès des forces ottomanes dans les Balkans au XIXe siècle. Il s’agit, une fois de plus, d’écraser les populations kurdes par des exactions de toute nature.

 

Depuis maintenant sept ans, la « communauté internationale » a laissé prospérer une abominable guerre civile en Syrie. Elle espérait la chute du président Bachar el-Assad jusqu’alors reconnu comme le chef d’État légal et légitime du pays. Il avait été reçu à Paris avec tous les honneurs, le 14 juillet 2008. Cette stratégie du pire a conduit au surgissement de Daech. Les Kurdes ont joué un grand rôle dans l’éradication de ce fléau. Maintenant que cette œuvre salutaire est accomplie, le pouvoir turc, qui n’est pas sans lien avec l’islamisme, tente de les écraser avec l’aide de supplétifs djihadistes.

 

Les Patriotes demandent au gouvernement français de faire dans l’immédiat toutes les pressions nécessaires sur les autorités turques pour que cesse cette situation. Il est bon de rappeler que la Turquie est membre de l’OTAN. Puis, il faut engager sans tarder des négociations pour que s’ouvre une conférence afin de trouver une solution aux problèmes du Moyen-Orient avant qu’ils dégénèrent.