Les ordonnances travail de Macron ont encore frappé… des salariés

Communiqué de presse de Sophie Montel
Député français au Parlement européen.

 

Le constructeur automobile PSA propose à ses 3 000 salariés de Vesoul d’augmenter la durée de leur travail de 7,8 %, en contrepartie… d’une hausse des salaires trois fois moindre de 2,8 % ! Interrogé, un ouvrier de l’usine explique que cela revient à faire des heures supplémentaires pour quatre euros de l’heure. Pire, les ouvriers travailleraient plus afin que la direction puisse se séparer d’environ 10 % des salariés de l’usine.

 

Les ordonnances Macron sur le code du travail ont permis ce type de projet anti salarié. Il suffit que des syndicats majoritaires signent cet « accord d’entreprise » ; en cas d’échec, un référendum peut être organisé par la direction au sein de l’entreprise pour valider malgré tout l’ « accord ». Les salariés ne peuvent alors plus le refuser ou s’exposent à subir un licenciement pour motif personnel.

 

PSA est pourtant en pleine forme et a réalisé des bénéfices record de 1,9 milliard d’euros en 2017. Il s’agit d’un chantage à l’emploi, de plus en plus habituel dans l’Europe du dumping social.

 

Deux conclusions sont à tirer de cette triste affaire. Pour en finir avec ces projets de plus en plus nombreux de régression des conditions de travail et de vie des salariés français, il faut supprimer les ordonnances travail de Macron et sortir de l’Union Européenne, la grande organisatrice de la concurrence déloyale et du dumping social qui écrasent les salariés.

Sainte-Terre en Gironde : le drapeau français est sacré, il faut le défendre !

Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.

 

Le Figaro nous apprend ce jour qu’un maire d’une petite commune de Gironde, Guy Marty, maire de Sainte-Terre, menace de prendre un arrêté pour interdire à l’un de ses administrés de hisser à sa fenêtre un drapeau français frappé d’une croix de Lorraine, symbole de la France Libre et de la Résistance.

 

Les motifs avancés par ce maire sont proprement hallucinants. Parlant de « signe ostentatoire », M.Marty sous-entend qu’il pourrait s’agir d’un symbole raciste ou xénophobe, évoquant « la France aux Français » et des « immigrés » choqués par ce drapeau. Non seulement ces propos sont abjects, mais aussi gravement infamants pour notre mémoire collective lorsque l’on songe aux origines historiques de ce drapeau qui fut celui de la France préservée dans son honneur par le général de Gaulle, pendant la Seconde Guerre Mondiale.

 

Si un tel arrêté d’interdiction devait être pris, nous demandons aux plus hautes autorités de l’État de lancer une procédure de destitution contre le maire de Sainte-Terre pour outrage aux symboles nationaux de la France.

 

Tout citoyen est libre d’afficher fièrement les couleurs nationales, où qu’il se trouve en France. Le drapeau tricolore doit être un motif de fierté et non de honte. Les Patriotes appellent tous les Français qui le peuvent à converger vers Sainte-Terre munis d’un drapeau tricolore, orné ou non de la croix de Lorraine, pour rappeler à monsieur le Maire que nos couleurs sont sacrées.