Communiqué de presse de Florian Philippot

Publié Publié dans Communiqués
Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.

Macron brasse du vent sur l’Europe.

 

Emmanuel Macron avait, pendant la campagne présidentielle, puis après son élection, notamment dans son discours de la Sorbonne, mis en avant sa volonté de réformer l’Europe et vanté l’énergie qu’il devait consacrer à cette fin. Ses ambitions concernant l’évolution de l’Union européenne se trouvent à l’opposé des nôtres, dans la mesure où la plupart des projets qu’il envisage sont d’inspiration fédéraliste, quand nous considérons qu’il est urgent de nous défaire de l’Union européenne et de bâtir une Europe de la coopération entre nations indépendantes sur des objectifs concrets et utiles.

 

Il est intéressant de constater aujourd’hui, à l’issue du deuxième Conseil européen depuis l’élection présidentielle de mai dernier, que M. Macron ne parvient en rien à faire avancer ses propres propositions, et que son “énergie” semble se consommer sans effet notable. C’est une preuve manifeste qu’il est impossible de réformer l’Union européenne, quelles que soient d’ailleurs les options de réformes envisagées.

 

En particulier, M. Macron ne parviendra en rien à construire cette “Europe qui protège”, objectif qui fut le sien comme celui de tant d’autres dans la classe politique française depuis 30 ans. Comme ses prédécesseurs, et comme la plupart des dirigeants politiques français, M. Macron berce en effet les Français d’illusions quand il leur promet une hypothétique protection venant de Bruxelles face aux conséquences désastreuses de la mondialisation sauvage. Car il est dans l’ADN de l’Union européenne de faire avancer le libre échange intégral et la concurrence déloyale, contre l’intérêt des peuples.

 

Ainsi, sur les dossiers emblématiques de la taxation des GAFA ou des travailleurs détachés, on constate que les propositions d’Emmanuel Macron, déjà bien timides, restent lettre morte. Quant au sujet éminemment inquiétant des multiples accords commerciaux que l’UE souhaite signer, il n’a même pas fait l’objet de discussions lors de ce sommet.

 

Les Patriotes tiennent aux Français un discours de vérité sur l’Union européenne : celle-ci ne pourra jamais protéger les Français ni leur apporter la prospérité. Elle est un instrument servant des intérêts financiers qui ne sont pas ceux du peuple. Il est vital pour la France d’organiser avec méthode et courage la fin de sa participation à cette aventure qui n’a que trop duré.

Communiqué de presse de Bertrand Dutheil de La Rochère

Publié Publié dans Communiqués
Référent national à la Politique étrangère.

Oublier les Kurdes serait dangereux pour la paix au Moyen-Orient

 

Maintenant que DAESCH est en voie de quasi disparition, il est urgent que la communauté internationale pense à aider le Moyen-Orient à s’organiser de manière stable et pacifiée. Dans les délicats problèmes à régler à cette fin, il y a la question kurde dans sa diversité politique, religieuse et dialectale. Le rôle décisif des Kurdes dans l’élimination du pseudo État islamiste montre qu’ils ne doivent pas être, une fois de plus, oubliés par ceux qui souhaitent un équilibre durable dans cette région du monde.

 

Aujourd’hui, le peuple kurde est dispersé entre quatre pays. Une frontière ancienne les a séparés entre Perse et Empire ottoman, et une plus récente entre d’une part la Turquie et d’autre part l’Irak et la Syrie. Mentionnés par le traité de Sèvres en 1920, mais occultés par celui de Lausanne en 1923, ils vivent depuis un siècle entre révoltes, répressions et statuts d’autonomie plus ou moins respectés. Ces derniers jours, le gouvernement de Bagdad a lancé contre eux une offensive victorieuse pour leur reprendre les champs pétrolifères de Kirkouk, dont la possession permettait à une partie d’entre eux d’assurer son indépendance de fait.

 

La France doit contribuer à l’édification de ce Moyen-Orient apaisé, sans s’aligner automatiquement sur une autre puissance. Elle y a une responsabilité historique. C’est aussi son intérêt bien compris. Les drames de cette région du monde ont des répercussions directes dans notre pays. Elle doit donc parler avec toutes les parties prenantes, y compris les Kurdes. Les Patriotes demandent au gouvernement français de s’engager dans une diplomatie indépendante permettant d’établir les bases d’une paix solide.