60ème anniversaire de la Vème République : Les Patriotes veulent redonner un coup de jeune à nos institutions.

Publié Publié dans Communiqués
Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen
Président des Patriotes

 

Le soixantième anniversaire de la Vème République est l’occasion de s’interroger sur nos institutions et sur les pistes qui permettraient de les moderniser, afin de répondre aux nouveaux défis du XXIème siècle.
 
En effet, mal réformée par les Présidents successifs et profondément dénaturée par notre appartenance à l’Union européenne, la Constitution de la Vème République a aujourd’hui besoin d’un sérieux dépoussiérage pour revenir à ses principes essentiels : l’indépendance de la France et la souveraineté du peuple.
 
A cet égard, l’hommage rendu aujourd’hui par Emmanuel Macron à Charles de Gaulle, fondateur de la Vème République, relève de l’imposture pure et simple, tant l’actuel président de la République piétine, par sa politique européiste, les principes fondamentaux de notre République, et tant il se montre indigne, par son attitude méprisante envers les Français, de l’exemple du Général.
 
La société française souffre d’un déficit inquiétant de Démocratie. Le manque de pluralité idéologique et l’absence de représentativité de nos grands élus, grippent l’ensemble de nos institutions. C’est pourquoi Les Patriotes plaident pour l’introduction de la proportionnelle intégrale à toutes les élections (modulée si besoin par un système de prime majoritaire). De même, ils proposent de réduire le Parlement à une seule chambre, mieux élue -du fait de la proportionnelle- et dotée de pouvoirs de contrôle renforcés, justifiant ainsi la suppression du Sénat.
 
Par ailleurs, afin de redonner au peuple son pouvoir souverain, Les Patriotes défendent la création d’un véritable référendum d’initiative populaire, pour que les Français puissent se saisir eux-mêmes des sujets qui leur importent et imposer leurs décisions aux gouvernants.
 
Au niveau territorial, Les Patriotes veulent mettre un terme au millefeuille administratif, par la suppression des intercommunalités (seuls doivent être maintenus les syndicats intercommunaux aux missions clairement définies), ainsi que par la suppression des grosses régions sans cohérence ni identité. A l’inverse, les communes, échelon de proximité par excellence, et les départements, doivent être renforcés.
 
Enfin, réforme la plus importante pour redonner de l’efficacité à l’action publique et restaurer une vraie Démocratie : le Frexit, c’est à dire la sortie de la France de l’Union européenne, qui suppose de sortir l’Union européenne de notre Constitution.

La démission de Collomb plonge le pays dans une grave crise politique. Macron doit dissoudre l’Assemblée !

Publié Publié dans Communiqués
Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen
Président des Patriotes
 
Gérard Collomb a fini par faire plier Emmanuel Macron et quitte le gouvernement.
 
Première conséquence, le président de la République a montré qu’il a totalement perdu la main. C’est une véritable crise politique, parce que le président de la République est en train de perdre définitivement son autorité, ce qui bloquera la France pendant de nombreuses années, à l’intérieur comme à l’extérieur. Nul doute qu’Emmanuel Macron ne pourra par exemple plus rien peser face aux puissances que sont la Commission européenne et l’Allemagne.
 
Deuxième conséquence, le Premier ministre a vu lui aussi son autorité bafouée, puisqu’il n’a pas été tenu au courant par l’Elysée de la démission de M. Collomb. Et voici que montent désormais les tensions entre l’Elysée et Matignon, Edouard Philippe ayant par exemple choisi d’organiser une passation de pouvoirs avec Gérard Collomb, sans en avertir Emmanuel Macron. Ces tensions au sommet de l’Etat sont graves, et elles affaiblissent l’autorité de l’Etat tout entière. C’est le second versant de la crise politique majeure qui s’ouvre.
 
La macronie se réduit comme peau de chagrin, et Emmanuel Macron peine à trouver un successeur à Gérard Collomb. Plus aucune personnalité de poids ne le soutient, et la solitude grandissante dans laquelle il exerce le pouvoir inquiète légitimement les Français. Elle est inquiétante parce qu’elle pousse le président de la République à multiplier les opérations de communication tout à fait grotesques, pendant que le gouvernement du pays semble à l’arrêt.
 
En réalité, tout dysfonctionne depuis l’affaire Benalla, dont tous les aspects n’ont peut-être pas encore été révélés. Cette affaire a commencé de plonger le pays dans une crise politique qui se renforce chaque jour en cette rentrée.
 
Pour en sortir, un remaniement gouvernemental, d’ampleur ou circonscrit, ne suffira pas. Il est nécessaire de dissoudre l’Assemblée nationale. A cette occasion, les Français pourront exprimer le choix du retour de l’autorité de l’Etat, en interne, et face aux entités qui sapent la souveraineté de la France.