Communiqués

Pollution de l’air : la France n’a pas à se faire humilier par Bruxelles !

Communiqué de presse de Mireille d’Ornano

Députée française au Parlement européen

Référente nationale à l’Ecologie

 

La Commission européenne «convoque » ce jour Nicolas Hulot et les ministres de l’environnement de 8 autres pays pour leur demander des explications quant au non-respect des obligations de la directive de 2008 sur la qualité de l’air. Les ministres sont sommés de présenter des plans d’actions pour se mettre en conformité avec les exigences bruxelloises. Le risque encouru par chaque Etat est de se retrouver poursuivi devant la Cour de justice de l’Union européenne.

 

La pollution de l’air est certes un enjeu essentiel. Rappelons qu’en France, elle est la cause chaque année de 48 000 décès prématurés. Les Français sont très attachés à l’amélioration de la qualité de l’air. Il leur est déjà d’ailleurs demandé beaucoup d’efforts, auxquels ils se plient parfois au détriment de leur pouvoir d’achat (comme c’est le cas avec les mesures prises sur le diesel).

 

Toutefois, l’approche punitive et dogmatique de la Commission européenne ne nous apparaît pas du tout opportune pour contribuer à une réduction effective de la pollution de l’air. A l’inverse, notre mouvement politique, Les Patriotes, défend une vision participative et positive de l’écologie. Ce n’est qu’à travers la libre association des citoyens aux actions mises en œuvre, et par l’implication collective de tous les acteurs responsables que des progrès significatifs seront réalisés. Par ailleurs, une véritable politique écologique doit privilégier les circuits courts entre les producteurs et les consommateurs, afin de réduire les transports, à l’inverse des choix de la Commission européenne qui encourage sans cesse les traités de libre-échange internationaux, véritables accélérateurs des transports à l’échelle planétaire, source majeure de pollution. Les choix de la Commission sont en réalité ceux qui contribuent le plus à la pollution de l’air.

 

La Commission européenne se fait ici une fois de plus donneuse de leçons, menace même les Etats membres dont la France, d’une procédure humiliante devant la Cour de justice de l’UE. Les Patriotes rappellent leur attachement à une France souveraine n’ayant pas à subir les admonestations d’une institution non élue, et dont l’action réelle est contraire aux objectifs qu’elle prétend poursuivre.