Privatisations : Macron poursuit la grande braderie nationale, il ne faut pas laisser faire !

Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen,
Président des Patriotes.

 

Les projets de privatisations voulus par Emmanuel Macron se confirment. La cession de nouvelles parts de l’État dans trois grandes sociétés françaises (ADP, Engie et la FDJ) sera ainsi au menu de la future loi “Pacte”, présentée la semaine prochaine en Conseil des Ministres.

 

Ces privatisations sont tout bonnement scandaleuses. D’une part, parce qu’elles concernent des entreprises hautement stratégiques ou sensibles (transport, énergie, jeu), d’autre part, parce que ces sociétés sont toutes rentables voire très rentables, ce qui revient à priver l’État de précieux dividendes, infiniment plus profitables sur le long terme que le produit d’une cession définitive. Dans le cas d’ADP, la privatisation semble même illégale au regard de nos dispositions constitutionnelles, puisqu’il s’agit d’un monopole de fait qui doit donc demeurer la propriété de la collectivité (cf préambule de 1946).

 

Les arguments avancés par Bercy sont toujours les mêmes : dégager des « ressources » pour désendetter l’État. Pourtant, depuis que les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, se sont lancés dans les privatisations au milieu des années 80, jamais la dette publique ne s’est réduite. La vérité c’est que ces opérations ne visent qu’à enrichir des actionnaires privés, souvent amis du pouvoir, ou bien à obéir à des exigences européennes.

 

Les Patriotes dénonceront avec force ces privatisations contraires à l’intérêt général et révélatrices d’une gestion à courte vue du patrimoine économique de l’Etat. Ils apporteront leur soutien à toutes les initiatives politiques et syndicales visant à les faire échouer.

 

Nous remarquerons enfin que l’État s’est déjà partiellement désengagé de certaines de ces sociétés, faisant chaque fois la promesse de ne pas descendre plus bas dans leur capital. Ceci nous apprend qu’en matière de privatisations les gouvernements savent mentir quand il le faut. La SNCF en sera demain un nouvel exemple. Les Français sont prévenus.