Communiqués

Report du remaniement : le gouvernement perd tout crédit, les illusions tombent.

Communiqué de presse de Florian Philippot
Député français au Parlement européen
Président des Patriotes

 

Depuis le départ de Gérard Collomb il y a maintenant plus d’une semaine, Emmanuel Macron et Edouard Philippe sont incapables de remanier leur gouvernement.
 
Manifestement, ils essuient beaucoup de refus, la macronie n’étant plus du tout attractive. Bon nombre de personnalités refusent de se faire embarquer dans cette aventure que d’importants piliers ont déjà fuie ces derniers temps, et qui part totalement en vrille depuis l’affaire Benalla.
 
Pendant ce temps-là, il n’y a personne pour diriger le ministère de l’Intérieur et s’occuper de la sécurité des Français.
 
C’est l’enseignement principal de cette séquence : la confiance dans Emmanuel Macron s’est effondrée, tant au niveau du personnel politique que des Français.
 
Son autorité déjà était diminuée par les départs des ministres et par des comportements inappropriés, comme à Saint-Martin ou lors des rencontres avec les Français. L’épisode du remaniement montre que c’est aussi sa crédibilité qui s’affaisse.
 
Impopulaire, indigne de confiance, pas crédible : c’est ainsi, 18 mois après une élection euphorique que les Français considèrent désormais leur président. Cela n’étonne guère si l’on rejoint le constat des Patriotes. Tous les gouvernements que nous avons connus ces dernières années finissent de plus en plus rapidement dans cette situation, parce qu’ils apparaissent tels qu’ils sont : des valets de la Commission européenne. En restant dans l’Union européenne, il n’est pas possible de mener une politique différente que celle menée depuis longtemps : austérité, hausse des inégalités, immigration massive, abandon des services publics, etc. Il est aujourd’hui navrant de voir que même les partis d’opposition veulent se lancer dans ce théâtre politicien en refusant désormais de quitter l’Union européenne et en se contentant de la vague et éternelle promesse “changer l’Europe”.
 
La crise du remaniement le rappelle pourtant fondamentalement : le politique sera toujours en crise tant qu’il restera impuissant à agir vraiment, et donc tant que la France ne sera pas souveraine.