Communiqués

RGPD : la CNIL doit prendre des mesures contre les géants du Net qui manipulent les internautes

Communiqué de presse de Cyril Martinez
Référent national Les Patriotes au Numérique et à l’Innovation.

 

Depuis le 25 mai dernier, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) est actif sur le territoire français. Depuis l’entrée en application du texte, une plainte à plusieurs milliards d’euros et un recours collectif ont été lancés contre des grandes sociétés américaines qui ne s’étaient toujours pas pliées à cette nouvelle loi.

 

L’UFC-Que Choisir souligne dans un récent communiqué plusieurs observations posant d’ores et déjà problème vis-à-vis de Google, Facebook et Microsoft. Entre autres, l’association de défense des consommateurs dénonce les « artifices » mis en place par ces plateformes du web pour inciter le consommateur à accepter une situation anté-RGPD, au lieu de mettre en avant ses nouveaux droits.

 

L’association note en effet que la notification des changements de politique de Google, Facebook et Microsoft est inutilement compliquée. L’UFC-Que Choisir précise : « Ces géants du web affichent un design, des symboles et des mots délibérément choisis pour détourner les utilisateurs des options les plus respectueuses de leur vie privée ».

 

Pourtant, il est bien stipulé dans la nouvelle loi de protection des données que tous les supports numériques doivent être compatibles avec la règle de « privacy by design » par défaut, c’est-à-dire que la demande de consentement de l’utilisateur doit être présentée sous une forme qui la distingue clairement d’autres requêtes, en plus d’être compréhensible et aisément accessible.

 

Les Patriotes se joignent à l’UFC-Que Choisir pour solliciter la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL), seule autorité compétente dans ce domaine, afin qu’elle détermine le caractère illégal de ces procédés. Il ne peut y avoir de traitement de faveur devant la loi, et encore moins pour les GAFAM qui écrasent déjà toute la concurrence. Si la CNIL détermine qu’il y a eu des irrégularités de leur part, des amendes sanctions doivent être émises par la France pour rappeler notre attachement à la protection de la vie privée du consommateur et de ses données.